Quand le soir tombe sur les rives les dernières lueures illuminent les hautes murailles. A ce moment il n'est pas possible de distinguer si ce sont les ultimes rayons du soleil qui se  reflètent dans les vitres  ou si ce sont déjà les chandelles des occupants qui vacillent .Peu importe un jour vient de passer et le temps semble s'arrêter accroché à l'obscurité qui  plonge le val dans le silence et le calme .L'imposante stature est là se détachant dans l'obscurité pareil à un colosse  protégeant la quiétude des lieux en attendant le retour de  l'aube avec son animation . Mais avant il faut que reviennent les images  et les ombres de l'histoire à la surface de l'eau qui coule  langoureusement en baignant le bas de ses murs là où au temps jadis avant que se dresse cette dame de pierre il n'y avait qu'une poignée d'hommes et de femmes ayant en ce lieu  de frèles masures .Ils ont vécu là plusieurs générations ce succédant avec les rires et les pleurs des grands et des plus humbles ; Au fil du temps les pierres se sont patinées et les habitants sont restés autour de l'abbaye , qui un soir prochain dans la nuit ,mettra à disposition l'ensemble de ces fenêtres pour démultiplier les milliers d'étoiles  tirées en son honneur.